Au sujet de la gestuelle

Souvent guidé par l’improvisation, Guillaume s’inscrit dans une gestuelle riche et précise dans l’espace.

Le mouvement est souvent désaxé entraînant un déséquilibre constant et exigeant un certain contrôle et une maîtrise du centre. Un challenge pour le corps qui peut se montrer déstabilisé, donnant la sensation de perdre ses appuis et ses repères. Son bassin conscient et volontairement bas, oblige à rester ancré dans le sol. Il réalise un travail important au niveau du poids du bassin et des cuisses.

Sa gestuelle déliée est toujours guidée par un élément moteur provoquant des successions dans le corps en écho avec le geste initial.

Ces éléments moteurs entraînent le corps dans un mouvement fluide générant ainsi beaucoup de matière chorégraphique (une matière générative abondante à l’inverse d’une gestuelle minimale) . Dans cette gestuelle, le mouvement prend l’espace impliquant le corps dans des déséquilibres, des chutes, des tours souvent créés par une spirale de la colonne. Sa danse est ponctuée d’isolations, d’articulations, se focalisant sur des détails (tour de tête de main …).

Le corps ne connaît pas beaucoup de silence, ni de pause mais il se ressource dans  » l’entre-deux  » de la tonicité et du relâché. Cette forme de danse implique donc un tonus constant, un contrôle du poids du bassin et du plié dans le sol.

Guillaume utilise le sol soit comme un réceptacle, soit comme un partenaire permettant de trouver des déplacements fluides et flottants. Derrière ce corps en effervescence, il y une volonté de sortir d’une zone de confort jusqu’à la catharsis.

Cie Alpha-Oméga – une compagnie qui exploite les horizons de notre richesse culturelle et patrimoniale

La Cie Alpha-Oméga est attachée à considérer les lieux anciens ou contemporains comme des espaces de création. Passionné d’histoire et d’architecture, Guillaume fonde la compagnie Alpha-Oméga à Dinan. Il trouve dans cette ville, une envie d’y mêler ses passions en lien avec le corps à celles de la pierre et de l’histoire.
Dans ces lieux anciens, il existe une âme toujours vivante permettant aux oreilles les plus fines de l’écouter et de la comprendre. L’énergie de notre patrimoine historique, il s’en sert pour créer un univers abstrait contemporain.

Sur le plan chorégraphique, Guillaume examine les lignes et les courbes des monuments pour modeler le corps à l’architecture. Quand le lieu devient une source d’inspiration, il essaie de transposer dans la danse l’énergie et les formes de l’histoire.

En 2020, la Cie Alpha-Oméga fonde un programme de performances chorégraphiques destiné aux villes de France possédant une richesse patrimoniale. L’objectif du programme In’Out est justement de permettre à la danse de se produire dans des lieux atypiques et surprenants.

Les sources d’inspiration: les premiers pas, lieux, histoire et société

Le tout premier projet fut un solo conceptualisé et expérimenté par Guillaume puis sur une danseuse de la compagnie dans laquelle il travaillait pendant ses années en Israël. Des années plus tard, à la création de la compagnie Alpha Omega, il s’est lancé dans la ré-exploration de ce solo. Puis, il a déroulé cet univers pour en faire une pièce. C’est à partir de ce moment-là qu’est née la nécessité de chorégraphier.

La deuxième source d’inspiration très présente dans ses projets est les lieux ( châteaux, jardins, abbayes, chapelles désacralisées, villes anciennes). Du médiéval à notre monde contemporain, ces lieux bâtis représentent une époque de l’histoire en relation directe avec notre société actuelle. Sur le plan architectural, ces lieux laissent place à des formes et des espaces sortant du cadre traditionnel de la scène. Partant de ce postulat, ces lieux sont des niches d’inspiration pour commencer un processus de création chorégraphique.

L’art résonne par rapport à son contexte social, économique, historique. Guillaume essaye de décrypter un message révélateur que nous offre la société en réalisant une forme abstraite en mouvement de celle-ci. Il ne s’agit pas de représentations littérales des phénomènes sociaux, mais il s’inspire des éléments politiques, culturels pour se les réapproprier et inscrire un message dans une mise en scène où chacun peut y trouver un sens.

Sa troisième source d’inspiration se trouve dans l’histoire. Vaste mot aux multiples sens, il part plutôt du constat suivant : elle est, pour lui, le résultat d’un passé et d’un présent. Parfois, elle le projette dans un futur, une fiction d’un avenir fantasmagorique. Son imaginaire porté par des interrogations sociétales, crée ainsi des univers allégoriques ( ex: le transhumanisme, les sciences futuristes et l’évolution technologique…).

L’histoire est tout autour de nous, elle est source d’un patrimoine architectural, politique, culturel et religieux.

En outre, ces trois grandes thématiques sont intrinsèquement liées entre elles. Elles caractérisent généralement l’élément déclencheur d’une idée chorégraphique.

Comment utiliser les sources d’inspiration

Guillaume lit et observe les origines de ses sources d’inspiration. Il est curieux. Il créé sa propre interprétation en laissant ouvert le dialogue avec les danseur.euse.s sur le projet.

Il évite d’être dans des gestes narratifs qui pourrait se guider dans une seule lecture du sujet proposé, cloisonnant son spectre chorégraphique. Il préfère approfondir une idée plus large laissant libre court à l’imagination des artistes et des spectateurs. La rencontre entre l’œuvre et le spectateur l’importe plus qu’un message unique à livrer aux observateur.rice.s. Lorsqu’il s’agit d’histoire, c’est la symbolique des faits qui est l’élément déclencheur.

La mise scène/scénographie et la musique deviennent des supports et médiums supplémentaires pour la création.

Ses outils pour aborder ces sources sont essentiellement le mouvement ou le sensible. Parfois, Guillaume utilise un objet qu’il aime détourner de son utilité d’origine déplaçant ainsi le regard sur celui-ci. ( ex: dans la dernière création de la compagnie, les talons sont utilisés comme des masques ). Les objets peuvent être anachroniques.

Son processus actuel pour chorégraphier

Il fonctionne sous forme de modules. Il créé des phrases chorégraphiques à l’aide de différents thèmes d’improvisation et sources d’inspiration. Il les apprend aux danseur.euse.s et les transforme en fonction de leur interprétation. Les phrases restent en mémoire. Il se permet de les répéter, les modifier et les fragmenter. Petit à petit, la chorégraphie se forme par modules de phrases qu’il rassemble en essayant d’y trouver un sens.

Il lui arrive de demander aux danseur.euse.s d’improviser sur une thématique enrichissant ainsi ses phrases chorégraphiques.  » Nous filmons les improvisations, nous sélectionnons les idées intéressantes en essayant de les reproduire avec la même qualité « .

Cie Alpha-Oméga – la danse pour tous

La Cie Alpha-Oméga est ancrée dans une démarche de transmission et de sensibilisation à la danse contemporaine.
Celle- ci fonde en 2018  » Et si on dansait « , un programme vaste permettant d’offrir par la danse des moments de partage sous forme d’ateliers et d’interventions.
Ce programme est destiné aux EHPAD, milieu scolaire, centres pour les personnes en situation d’handicap, centres pénitentiaires, particuliers…

Développer un autre fonctionnement pour le milieu culturel

La Cie Alpha-Oméga est soutenue juridiquement et comptablement par Avant-Premières. Ce choix résulte de la réflexion à développer une autre vision dans l’organisation commune du culturel et de l’artistique.

La force du collectif et le soutien professionnel de la coopérative permettent à la compagnie de développer une activité avec le savoir et la maîtrise de l’entrepreneuriat.

La compagnie se distingue par son professionnalisme artistique mais aussi par cette relation avec les représentants experts d’Avant- Premières sur l’aspect juridique, comptable et de l’accompagnement.

© Cie Alpha-Oméga 2018-2021. All rights reserved