Copyright // Cie Alpha-Oméga

nouvelle création 2021

Avant-propos

Dans un espace quadri frontal, on parle de l’oppression et du désir de liberté. La crise sanitaire nous a enfermé, empêché de respirer.

Soumis à une politique jouant sur l’ambiguïté, dans une démocratie à bout de souffle, le libre arbitre semble être un danger. Pourtant, notre liberté est juste derrières ces murs que nous avons façonné.

Comment casser les frontières de la peur, des inégalités et des idéologies. Par delà ces corps qui se contentent d’exister et de survivre, il se cache une véritable révolte bouillante et hurlante.

Synopsis

C’est l’envie d’aller plus loin, plus haut, plus vite, un toujours plus , un sans limite, un sans frontière. C’est un tableau, un décor différent mais toujours la même scène, le même refrain qui se joue indéfiniment.
Espace limité, fragile, dans ce bloc les corps se perdent… Risquer l’infranchissable, imaginaire impénétrable, par-delà ces individus s’ouvrent les frontières.

Par-delà nos corps, s’ouvrent les frontières

Une pièce en relation avec la situation de crise
 » Je souhaitais décrire cette sensation d’isolement et d’étouffement par une configuration simple impliquant l’ensemble du public. Pendant cette période de confinement, j’ai eu cette sensation d’être  » le rat qu’on examine dans sa cage ». Rester chez soi, devient une récompense pendant que la liberté reste un interdit. On contrôle nos faits et gestes, nous obligeant à mettre notre pudeur de coté… Couvre-feu, l’humain n’est plus – il devient docile – il applique le mode d’emploi avec rigueur. Il est produit de consommation – « boulot/dodo ». Demain n’est pas un autre jour, demain est une répétition. Et pourtant…« 

Production- Mairie de Dinan/ Service Culturel

Coproduction – Dinan Agglomération

Résidence: Théâtre de Solenval Plancoët

Chorégraphie: Guillaume Payen-Ascone

Interprètes: Julia Vercelli-Durand et Julie Franken

Musiques: Teddy Geiguer, Max richter, The Cinematic Orchestra…

Copyright // Cie Alpha-Oméga